Pourra t-on un jour par une technique « scientifique » effacer les mauvais souvenirs?

Avant de s’en réjouir, ma première question a été, sans céder à l’obscurantisme, de m’interroger si dans ce cas, on pourrait aussi par erreur ou pire délibérément,effacer les bons souvenirs, les sélectionner et selon quels critères ?

Que devient la personnalité d’un être humain, quand on ampute une partie bonne, ou mauvaise de sa mémoire qui fait partie de son histoire de vie et sa construction?

La visée première thérapeutique, de cette recherche est de fournir une solution dans le traitement des symptômes du SPT (Stress Post Traumatique).

Parmi ceux-ci figurent des cauchemars récurrents et une attention répétitive et perturbante des souvenirs des situations traumatiques.

Mais le SPT inclue aussi une hyper-vigilance exagérée, des sursautements réactifs aux bruits etc..

Ces derniers seraient ils supprimés si on « effaçait » le mauvais souvenir uniquement?

Les répercussions sur les mécanismes intrapsychiques du traumatisme seraient ils effectifs en n’agissant que sur le souvenir, donc la trace mnésique de l’évènement lui-même?

En Psychologie, la psyché signifie l’Âme et aussi la métamorphose.Il n’ y a donc pas qu’une dimension d’efficacité, d’éthique, d’être pour ou contre une investigation scientifique sophistiquée; il y a aussi une certaine conception de l’Humain qui est à considérer.C’est donc une nouvelle fois pas simplement deux ou plus, de courants de recherches qu’il faut opposer, mais trouver une cohésion quant à la finalité.

C’est quoi un mauvais souvenir personnel chez une souris?

Accueil Articles
© Copyright 2014 Publié par Jean-Michel Imperatrice Psychanalyste et psychopraticien
www.jmimperatrice.fr, tous droits reservés. Reproduction interdite sans accord préalable.