« J’ai le sentiment d’avoir déjà vu cette personne ou cette scène » quelques pistes sur cette sensation

Le sentiment de « déjà-vu » touche près de 60% de la population.

Cette sensation qui vous fait croire que ce que vous vivez à l’instant « T » a déjà été vécu.

Depuis l’Antiquité, cette impression fascine et inquiète sans pour autant trouver une véritable explication rationnelle.

 « J’ai comme le sentiment d’avoir déjà vécu cette scène ».

Cette phrase que 60% de la population ont déjà dite, trouve des explications hypothétiques scientifiques.

Ce sentiment d’avoir l’impression d’avoir déjà vu telle ou telle personne alors qu’elle vous est inconnue, ou encore d’avoir vécu cet évènement alors qu’il vient seulement de se produire.

Un phénomène étrange, mal expliqué et mystérieux que la science s’efforce de comprendre.

Si au fil des siècles une quarantaine de théories ont tenté d’expliquer le phénomène, il faut à mon sens en Psychologie s’intéresser aux sensations ressenties par la personne au moment de sa manifestation :

Doute, étrangeté, sentiment de « bizarre », perte de repères temporels, craintes d’une annonce à caractère prémonitoire d’un évènement à venir etc…

 Les philosophes platoniciens et pythagoriciens y voient le souvenir d’une vie antérieure alors que les stoïciens optent pour « l’éternel retour du même ». Le « déjà-vu », une sensation « déjà-rêvée »

Aristote, célèbre philosophe grec du IVe siècle avant J.C, dans son esprit pratique plaçait l’idée d’un simple trouble psychique. Mais, à cette époque, toute explication rationnelle et scientifique était plutôt mal accueillie (à l’instar des explications d’Hypatie sur l’orbite de la Terre qui tourne autour du Soleil – à savoir que les croyances voulaient que tout tourne autour de notre planète -).

Seuls les dieux décidaient de ce qui se passait, la science n’ayant donc aucune valeur. A tel point que Saint-Augustin s’est inquiété vivement de cette sensation de « déjà-vu ». L’Eglise l’a imité et a attribué cette impression au démon tentateur.

Certains ont proposé des explications du domaine du paranormal ou bien que cela serait la réminiscence de souvenirs d’une existence antérieure. Il y aurait donc un semblant de métempsycose (déplacement de l’âme) ou plus communément appelé réincarnation.

Certains voient en cette sensation des souvenirs de rêves prémonitoires ce qui expliquerait que plusieurs personnes prétendent avoir des dons de voyance et de médium.

L’expression de « déjà-vu » s’est forgée en 1876 par le philosophe Emile Boirac dans son ouvrage « L’avenir des sciences psychiques »

Dans le domaine de la psychanalyse, Sigmund Freud a assimilé le « déjà-vu » à un « déjà-rêvé » dans son ouvrage « Psychopathologie de la vie quotidienne » (1901).

Il y aurait donc un phénomène de reviviscence (réapparition d’un souvenir) d’une perception.

Celle-ci se rapporte  à l’inconscient.

Ainsi, cette perception serait celle d’un fantasme (ou d’un rêve oublié) et que la conscience rejetterait. De ce fait, la personne ne peut donc se souvenir consciemment de cette personne ou de cet évènement, ni du rêve lui-même.

Cette impression de « déjà-vu » serait donc l’expression consciente de nos désirs refoulés.

« C’est la raison de son inquiétante étrangeté’

Dans le domaine de la neuropsychologie cognitive pour Francis Eustache, « le chemin qui conduit à un souvenir est erroné ».

Ce que la personne est en train de vivre provoquerait une sorte de stimulus activant des connaissances en rapport avec l’évènement dans notre mémoire.

Ainsi, la personne concernée aura l’impression de s’en souvenir, mais n’arrivera pas à le situer dans le temps. « On peut ainsi ranger l’impression de déjà-vu dans la catégorie des faux souvenirs », explique le scientifique.

Ce schéma explicatif sur le plan cognitif et neuronal n’éclaire pas à mon sens, la relation, la cause et les facteurs associés aux circonstances créant ce sentiment de « déjà vu » d’une personne, événement ou situation.

Mais d’autres recherches dans ce domaine indiquent que ces impressions peuvent être des « symptômes de maladies neurologiques ». En effet, certaines formes d’épilepsie peuvent être la résultante à ces sensations de « déjà-vu », tout simplement par le fait que l’épilepsie se manifeste par une série de décharges électriques au niveau du cerveau.

Ces explications sont donc solides sur la plan scientifique, mais bien entendu comme pour les troubles psychiatriques,  on ne peut généraliser à 60 % de la population, ce qui dans le cas des épileptiques (trouble neurologique) affecte entre 3 à 6 % des individus !

Voici donc les explications théoriques de l’impression de déjà-vu. Dans un premier temps, le cerveau déterminerait inconsciemment et dans un laps de temps très court, ce qui, dans l’environnement du sujet, concorde avec des expériences déjà rencontrées. Cette explication donnerait donc raison à l’éventualité que nos ancêtres utilisaient cette impression pour faire face plus vite à d’éventuels dangers.

D’autres scientifiques prétendent que c’est le para hippocampe, qui serait à la source des sentiments éprouvés lors d’une impression de déjà-vu. Cette zone du cerveau fonctionne habituellement avec l’hippocampe (siège de la mémoire). Seulement, lors du « déjà-vu », le para hippocampe fonctionnerait seul. Ainsi, seul le sentiment étrange du « déjà-vu » œuvrerait. Cette explication rejoindrait celle que l’on entend souvent : « C’est notre cerveau qui arrête toute activité durant un temps très court ».

 Mais dans ce cas, comment se fait-il qu’on ne peut pas anticiper la suite des évènements ?

Ce phénomène fascine et alimente les curiosités des artistes, écrivains ou poètes.

Ainsi Shakespeare s’exclame : « Non, Temps, tu ne te vanteras point que je change ! » car tout n’est que « spectacle déjà vu ».

Au XIXe siècle, Charles Dickens, Chateaubriand, Baudelaire ou encore Proust étaient obsédés par ce phénomène. Ce dernier a même écrit dans « A la Recherche du Temps Perdu », tome II :

« La sensation semblait dire : saisis-moi au passage si tu en as la force, et tâche à résoudre l’énigme de bonheur que je te propose' ».

Le Cinéma est rempli de ce mystère. Le film « Fight Club » dans lequel le personnage principal a constamment des sensations de « déjà-vu », le film « Déjà Vu » sorti en 2006 avec Denzel Washington ou bien encore dans le premier  » Matrix » où cette sensation est due à une modification de la matrice.

Accueil Articles
© Copyright 2014 Publié par Jean-Michel Imperatrice Psychanalyste et psychopraticien
www.jmimperatrice.fr, tous droits reservés. Reproduction interdite sans accord préalable.